Somnifères …attention danger


somnifèresAttention aux somnifères .

Si vous avez des inquiétudes à propos de la qualité de votre sommeil, prenez le temps de la réflexion avant d’en parler à votre médecin ou à votre pharmacien.  Ils auront certainement  la réponse bleue ou rose dans une plaquette ou un flacon : un somnifère .

Aujourd’hui, en France, près d’un tiers des  plus de 65 ans, soit environ de 3,5 millions de Français , et près de 40 % des plus de 85 ans consomment de façon régulière des somnifères. Ces traitements sont ils toujours indispensables  ?

Outre l’accoutumance, même pris  occasionnellement, les somnifères augmenteraient le risque de mort précoce et aussi de cancers.

Chaque année en France, entre 16.000 et 31.000 cas d’Alzheimer pourraient être  attribués à ces traitements par benzodiazépines ou apparentés, et leurs génériques répondant aux noms de  Valium  Témesta , Xanax ,Lexomil ,Tranxène et j’en oublie dont il se vend  120 millions de boîtes par an.
Le Dr Daniel Kripke dans une étude de 2012 se penche sur les rapports  associant hypnotiques avec surmortalité.Les sujets etudiés (âge moyen 54 années) étaient 10 529 patients qui ont reçu des prescriptions hypnotiques et 23 676 témoins appariés sans prescriptions hypnotiques, suivis pendant une moyenne de 2,5 ans entre Janvier 2002 et Janvier de 2007.

Comme prévu, les patients utilisateurs de produits hypnotiques avaient sensiblement plus de  risques de mortalité,même lorsqu’ils sont prescrits  à concurrence de moins de 18 pilules / an.

Certains somnifères (on ne sait pas très bien lesquels) peuvent augmenter les risques de mort précoce.

Les résultats sont édifiants : « À partir de 18 prises de ces médicaments sur une année, le risque de décès prématuré est multiplié par 3,5 ». Ce risque augmenterait avec la quantité d’hypnotiques consommés. En effet, entre 18 et 132 prises par an, le risque de décès serait quadruplé, voire quintuplé au-delà de ce chiffre. Les utilisateurs d’hypnotiques à hautes doses verraient également leur risque de cancers – tous types confondus – accru de 35 %.

Comment réduire et stopper naturellement la consommation de somnifères ?

Si vous êtes déjà « accros »  surtout n’arrêtez pas d’un coup !  Dans un premier temps il sera nécessaire d’observer vos habitudes précédant le coucher

  • Que mangez vous le soir ? en quelle quantité ?  plus  le travail de la digestion  est lent plus l’heure de  l’endormissement recule.
  • Dans la soirée mieux vaut éviter les excitants : café, thé, alcool fort .
  • Privilégiez avant l’endormissement  une lecture, une séance de relaxation  au lieu  regarder très tard la télévision .

Trois plantes pour mieux dormir

Vous connaissez déjà les bienfaits de  la camomille et du houblon pour soigner l’insomnie : l’aubépine, le tilleul, la valériane seront vos alliées

  1. L’aubépine pour la détente et pour soulager votre cœur ,votre rythme cardiaque diminue, votre respiration ralenti. Votre corps est alors au repos, ce qui favorise l’endormissement.
  2. Le tilleul consommé en infusion contre la fatigue nerveuse et l’insomnie.De plus le tilleul agit, tout comme l’aubépine, sur le système cardiaque.
  3. La valériane relaxante améliore la qualité du sommeil réduit le temps d’endormissement .

Un petit plus : une demi-heure avant le coucher, vous pouvez également déposer un peu de miel dans les creux sous la langue, sans avaler. L’absorption se fera sous la langue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *